Le streaming payant dépasse les ventes physiques de CD qui représentent au premier semestre un chiffre d'affaires de 21 millions d'euros, annonce jeudi Bea Music, la fédération professionnelle où l'on retrouve les producteurs de musique.

"En ajoutant les téléchargements, qui atteignent près de 7 millions d'euros de chiffre d'affaires, le marché digital représente maintenant plus que la moitié, à savoir 56% du marché entier de la vente de musique. Alors que la tendance était encore inversée l'année dernière. Avec une croissance de 26,4%, le vinyle est le seul format physique qui augmente. Il représente un chiffre d'affaires de 3,63 millions, soit une part de marché de près de 6% de la vente de musique", explique Bea Music.

Enfin, tous supports confondus, Bea Music constate une augmentation de près de 6% des ventes de musique pour le premier semestre de 2017, grâce surtout à la croissance du streaming payant.

Le streaming payant dépasse les ventes physiques de CD qui représentent au premier semestre un chiffre d'affaires de 21 millions d'euros, annonce jeudi Bea Music, la fédération professionnelle où l'on retrouve les producteurs de musique."En ajoutant les téléchargements, qui atteignent près de 7 millions d'euros de chiffre d'affaires, le marché digital représente maintenant plus que la moitié, à savoir 56% du marché entier de la vente de musique. Alors que la tendance était encore inversée l'année dernière. Avec une croissance de 26,4%, le vinyle est le seul format physique qui augmente. Il représente un chiffre d'affaires de 3,63 millions, soit une part de marché de près de 6% de la vente de musique", explique Bea Music. Enfin, tous supports confondus, Bea Music constate une augmentation de près de 6% des ventes de musique pour le premier semestre de 2017, grâce surtout à la croissance du streaming payant.