Du flamenco dans le cadre art-déco de la bibliothèque de la fondation Elisabeth avec Myrddin & Imre De Cauter, de la musique traditionnelle finlandaise dans un ancien club échangiste avec Päivi Hirvonen ou encore un concert de koto, instrument emblématique japonais aux 13 cordes pincées, au coeur d'une des plus grandes collections de marionnettes au monde, c'est entre autres ce que propose le festival Hide & Seek cette année.

Du 19 au 24 aout 2019, dix concerts de musique traditionnelle du monde seront organisés dans les lieux les plus insolites de la capitale. Cette année encore, les organisateurs ont concocté un programme éclectique et original. À un tel point que le concert de la chanteuse bruxello-tunisienne Ghalia Benali, programmé en haut des arcades du Cinquantenaire, affiche déjà complet en un jour seulement.

Le concept du concert mobile à bord d'un vieux tramway parcourant les rues de Bruxelles est renouvelé pour cette quatrième édition. Cette année, ce sont Les Taupes qui Boivent du Lait qui accompagneront la balade avec leur musique explosive balkano-klezmer.

Hide & Seek 2019 invite les spectateurs à découvrir l'usine de tri des Petit Riens et son fonctionnement avant de profiter du concert de musique capverdienne de Rabasa. Le cercle des arbalétriers de Saint-Georges, caché derrière la place Royale, accueillera le Gjini Ensemble et ses polyphonies albanaises ancestrales. Dans le dépôt de tram de la STIB, c'est la musique malgache du groupe Antsa qui résonnera, tandis qu'au coeur du salon du musée Van Buurden et de sa collection d'oeuvres exceptionnelles, on pourra découvrir la musique du Guitarpa Duo du Venezuela. Enfin, pour clôturer le festival, Ablaye Cissoko & Volker Goetze se produiront dans la salle des Caryatides du Cercle Royal Gaulois. Leur musique, entre free jazz et musique mandingue, reflète cette rencontre inédite entre le griot sénégalais et le virtuose allemand résidant à New York.

Le programme complet ici.

Sophie Decaestecker