"C'est assez impressionnant", a confié, à chaud, Jonathan Fournel au moment de commenter son prix. "Je suis content, soulagé aussi. Ce prix est une sorte de consécration. Cela représente tellement de travail, de sacrifices. C'était tellement intense ces derniers mois", a-t-il ajouté.

Jonathan Fournel a étudié à la Hochschule für Musik de Saarbrücken sous la direction de Robert Leonardy, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Depuis 2016, Jonathan Fournel est artiste en résidence à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth sous la direction de Louis Lortie, et a été nommé révélation classique de l'Adami en 2017.

Les finalistes ont interprété chacun un concerto de leur choix et l'oeuvre imposée de Bruno Mantovani, "D'un jardin féérique", composée spécialement pour cette session. Les candidats ont reçu cette oeuvre le jour de leur entrée à la Chapelle Musicale. Ils ont donc eu une semaine, ni plus ni moins, pour étudier l'oeuvre, sans aide extérieure.

Lors de leur prestation, les différents candidats étaient accompagnés par le Belgian National Orchestra.

Jonathan Fournel (France), Sergei Redkin (Russie), Keigo Mukawa (Japon), Tomoki Sakata (Japon), Vitaly Starikov (Russie) et Dmitry Sin (Russie) étaient les six candidats qui ont accédé à la finale du concours.

Belga
© Belga

Cette édition du concours avait cela de particulier qu'elle s'est déroulée sans public, crise sanitaire oblige. Ce sont aussi les mesures anti-coronavirus qui ont conduit les organisateurs à réduire le nombre de finalistes à six, contre 12 habituellement.

Les prestations se sont tenues dans la salle Henry Le Boeuf du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Celle-ci est à nouveau opérationnelle après un incendie qui a ravagé le toit du bâtiment en début d'année. Un proscenium a été ajouté à la scène pour permettre aux membres de l'orchestre de respecter la distanciation sociale.

"C'est assez impressionnant", a confié, à chaud, Jonathan Fournel au moment de commenter son prix. "Je suis content, soulagé aussi. Ce prix est une sorte de consécration. Cela représente tellement de travail, de sacrifices. C'était tellement intense ces derniers mois", a-t-il ajouté. Jonathan Fournel a étudié à la Hochschule für Musik de Saarbrücken sous la direction de Robert Leonardy, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Depuis 2016, Jonathan Fournel est artiste en résidence à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth sous la direction de Louis Lortie, et a été nommé révélation classique de l'Adami en 2017. Les finalistes ont interprété chacun un concerto de leur choix et l'oeuvre imposée de Bruno Mantovani, "D'un jardin féérique", composée spécialement pour cette session. Les candidats ont reçu cette oeuvre le jour de leur entrée à la Chapelle Musicale. Ils ont donc eu une semaine, ni plus ni moins, pour étudier l'oeuvre, sans aide extérieure. Lors de leur prestation, les différents candidats étaient accompagnés par le Belgian National Orchestra. Jonathan Fournel (France), Sergei Redkin (Russie), Keigo Mukawa (Japon), Tomoki Sakata (Japon), Vitaly Starikov (Russie) et Dmitry Sin (Russie) étaient les six candidats qui ont accédé à la finale du concours. Cette édition du concours avait cela de particulier qu'elle s'est déroulée sans public, crise sanitaire oblige. Ce sont aussi les mesures anti-coronavirus qui ont conduit les organisateurs à réduire le nombre de finalistes à six, contre 12 habituellement. Les prestations se sont tenues dans la salle Henry Le Boeuf du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Celle-ci est à nouveau opérationnelle après un incendie qui a ravagé le toit du bâtiment en début d'année. Un proscenium a été ajouté à la scène pour permettre aux membres de l'orchestre de respecter la distanciation sociale.