Guillaume Kidula le résume de façon on ne plus parlante: "si je programmes trois inconnus le temps d'une soirée, je suis assuré de me prendre un bide. Le Schiev, ce sont 17 artistes pour la plupart pas connus du tout sur 3 jours, dans un chouette environnement, partiellement en journée, dans un festival où l'on peut aussi tranquillement discuter, bien manger et acheter des disques aux labels exposants. C'est la proposition globale qui attire les gens." Voilà qui répond peut-être aussi à la grande question du moment: pourquoi organise-t-on de plus en plus de festivals et moins en moins de soirées? Sarah Lauzemis, elle, n'hésite pas à parler de meilleure "dramaturgie" et même d'"intimité". Mieux encore: si le festival compte quelques artistes plutôt orientés dancefloor, le duo se dit de toutes façons "beaucoup plus auditeurs que sorteurs". Ce qui peut étonner et même faire un peu ricaner les deux ex-clubbeurs toujours fêtards (et passablement enrhumés) de 47 ans de l'autre côté de la table. Et comme quoi, on ne se limite pas à la promotion évènement culturel dans ce Brolcast, on essaye aussi d'un peu creuser, nous permettons même quelques critiques et n'hésitons pas à chambrer nos invités. Quand on parle de dramaturgie! (sc)

Guillaume Kidula le résume de façon on ne plus parlante: "si je programmes trois inconnus le temps d'une soirée, je suis assuré de me prendre un bide. Le Schiev, ce sont 17 artistes pour la plupart pas connus du tout sur 3 jours, dans un chouette environnement, partiellement en journée, dans un festival où l'on peut aussi tranquillement discuter, bien manger et acheter des disques aux labels exposants. C'est la proposition globale qui attire les gens." Voilà qui répond peut-être aussi à la grande question du moment: pourquoi organise-t-on de plus en plus de festivals et moins en moins de soirées? Sarah Lauzemis, elle, n'hésite pas à parler de meilleure "dramaturgie" et même d'"intimité". Mieux encore: si le festival compte quelques artistes plutôt orientés dancefloor, le duo se dit de toutes façons "beaucoup plus auditeurs que sorteurs". Ce qui peut étonner et même faire un peu ricaner les deux ex-clubbeurs toujours fêtards (et passablement enrhumés) de 47 ans de l'autre côté de la table. Et comme quoi, on ne se limite pas à la promotion évènement culturel dans ce Brolcast, on essaye aussi d'un peu creuser, nous permettons même quelques critiques et n'hésitons pas à chambrer nos invités. Quand on parle de dramaturgie! (sc)