Un tribunal l'a condamné mardi à un mois de prison pour "insulte à l'islam" mais il devrait, selon la presse, être libéré bientôt, après avoir passé en détention une période équivalente à sa peine. Les faits remontent au 3 avril. James Kottak, un Américain, était alors en transit à l'aéroport international de Dubaï pour aller jouer à Bahreïn en marge du Grand Prix de formule 1.

Selon les témoignages de membres du personnel de l'aéroport, cités par le quotidien Gulf News, le musicien, qui était sous l'emprise de l'alcool, a refusé d'embarquer à bord d'un avion avec des passagers pakistanais et afghans et s'est couvert le nez comme pour se protéger d'odeurs nauséabondes.

Il a ensuite commencé à prononcer des insultes à l'adresse "de musulmans non éduqués", en référence aux passagers asiatiques, a indiqué pour sa part le quotidien The National.

Devant la cour qui l'a condamné, le musicien a admis avoir bu mais nié toute autre accusation.

Un tribunal l'a condamné mardi à un mois de prison pour "insulte à l'islam" mais il devrait, selon la presse, être libéré bientôt, après avoir passé en détention une période équivalente à sa peine. Les faits remontent au 3 avril. James Kottak, un Américain, était alors en transit à l'aéroport international de Dubaï pour aller jouer à Bahreïn en marge du Grand Prix de formule 1.Selon les témoignages de membres du personnel de l'aéroport, cités par le quotidien Gulf News, le musicien, qui était sous l'emprise de l'alcool, a refusé d'embarquer à bord d'un avion avec des passagers pakistanais et afghans et s'est couvert le nez comme pour se protéger d'odeurs nauséabondes.Il a ensuite commencé à prononcer des insultes à l'adresse "de musulmans non éduqués", en référence aux passagers asiatiques, a indiqué pour sa part le quotidien The National.Devant la cour qui l'a condamné, le musicien a admis avoir bu mais nié toute autre accusation.