Le mieux? Recevoir un disque de mecs dont on n'a jamais entendu parler et qui, à la première écoute, n'est ni formaté, ni attendu, ni catégorisable, mais drainé par ce passeport international qu'est l'inspiration. De la musique ayant peu à voir avec les scénarios précuits. On pourrait sans aucun doute analyser pourquoi les huit morceaux de Yôkaï résonnent chez le journaliste -hormis une sympathie venue de l'adolescence pour le côté prog - mais Focus renâclant à payer le psy (...), on peut juste deviner ce qui hypnotise et floute les pistes. Un peu comme si les pyramides égyptiennes apparaissaient en rêve modulaire pour la conquête de Mars. Donc, on pose la question du rétrofuturisme à Yannick Dupont -percussions- et Jordi Grognard -clarinettes, sax ténor et flûte-, têtes parlantes et compositeurs principaux de ce second disque d'une formation de huit musiciens. Jordi: " Je parlerais plutôt d'afrofuturisme. En tout cas, de quelque chose de tribal, comme si on était une version de révision moderne de classiques, sans copier-coller, que ce soit Coltrane, Mulatu ou Dolphy. D'où quelque chose de très contemporain."
...