Le tax shelter est ce système d'incitant fiscal permettant de bénéficier d'une exonération fiscale de 150% du montant investi. Initialement appliqué à l'audiovisuel, il a été étendu l'an dernier aux arts de la scène de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de Flandre, puis aux institutions culturelles fédérales le 27 mars 2018.

Pour la saison 2018-2019, le Théâtre royal de la Monnaie peut déjà compter sur des revenus supplémentaires, via la nouvelle société de production Prospero MM Productions. L'institution espère récolter au moins 2,5 millions par an grâce à ce "produit fiscal très populaire et intéressant", selon ses propres termes.

Peu avant que la mesure soit approuvée pour l'échelon fédéral, le directeur de la Monnaie Peter De Caluwe s'inquiétait d'ailleurs des possibles difficultés financières dans lesquelles le théâtre aurait pu être plongé pour la saison à venir. "Je suis heureux que ce dossier soit finalisé", s'est-il exprimé jeudi. "Grâce à cette allocation, nous pouvons consolider notre position en tant qu'opéra de renommée internationale et les investisseurs peuvent, de leur côté, exonérer 356% du montant investi."

Pour La Flûte enchantée, la Monnaie a bénéficié d'une levée de 735.000 euros grâce au tax shelter. Les représentations de cet opéra sont déjà complètes, précise l'institution.