Uccle. Chaussée d'Alsemberg. Veste en cuir et chapeau noir mi-gangster, mi-cow-boy, Anana Harouna nous rejoint devant la porte de chez lui, s'empresse de préparer le thé et se dépêche d'allumer un feu de bois. Cela fait plus de dix ans que l'homme des sables a suivi une femme à Bruxelles et y a posé ses valises. Né au Niger, le Touareg a été élevé dans le désert jusqu'à l'âge de neuf ans. Il s'est ensuite installé en ville, à Agadez, où il a pu être scolarisé. "J'en avais trois de plus quand on a dû partir en Lybie à cause des problèmes politiques qui frappaient la région. C'était le début de la révolte touareg. La rébellion allait arriver. Et avec elle, la guerre."
...