Le premier album de Julia Jacklin, Don't Let The Kids Win, avait laissé un peu perplexe malgré l'accueil assez unanime et dithyrambique de la presse et du public. Trop fade. Trop tiède. Une collection de chansons relativement banales et insipides au final auxquelles il manquait l'étincelle. Le deuxième, Crushing, porte plutôt bien son nom. Parce que le succès a un peu écrasé la singer-songwriter australienne. Puis parce que cette nouvelle livraison fait littéralement succomber à ses charmes. Quelque part entre Courtney Barnett (elles partagent le même producteur) et Angel Olsen.
...