"Je suis venu te dire que tu peux changer / J'ai vu un avenir de femme libérée / Tu portais le cuir et la tête rasée / J'ai vu ton avenir." C'est grosso modo sur ces paroles, extraites de l'hymne Fille de personne II, qu'Hubert Lenoir a ouvert les hostilités vendredi dernier dans une Rotonde bouillante. Soit quelques lignes qui résument bien l'engagement du bonhomme androgyne qui prône l'ouverture, l'acceptation de soi et l'inclusivité avec une ferveur militante.
...