C'était la vingt-deuxième édition de la BOTY 2011 -BOTY pour Battle of the Year, championnat du monde de breakdance. Le Hoochen Crew bruxellois succédait à la belgo-hollandaise Team Shmetta pour représenter le Benelux sous le regard de milliers de spectateurs (plus de 13.000) réunis dans l'Arena de Montpellier, ce samedi 19 novembre. Comme tous les membres des quatre collectifs de breakdance à Bruxelles, les membres du Hoochen Crew s'entraînent rarement en salle, face aux miroirs de leurs exploits aériens et terre-à-terre.

Pour beaucoup de B-boys de la scène bruxelloise underground de danse (breakdance, new style ou même ragga), c'est au-dessus des trains que ça se passe, au moins trois fois par semaine. La gare du Luxembourg réunit plutôt les danseurs "debouts", tandis que la gare du Nord rassemble les breakers. Dans un même esprit freestyle, ces jeunes entre 17 et 25 ans véhiculent cependant tous les valeurs fondatrices du mouvement hip-hop: l'esprit de partage et la réappropriation de l'espace public. Découverte des visages souterrains de la danse urbaine à Bruxelles, en vidéo.

Lydie Mushamalirwa / Images et montage: Kevin Dochain

C'était la vingt-deuxième édition de la BOTY 2011 -BOTY pour Battle of the Year, championnat du monde de breakdance. Le Hoochen Crew bruxellois succédait à la belgo-hollandaise Team Shmetta pour représenter le Benelux sous le regard de milliers de spectateurs (plus de 13.000) réunis dans l'Arena de Montpellier, ce samedi 19 novembre. Comme tous les membres des quatre collectifs de breakdance à Bruxelles, les membres du Hoochen Crew s'entraînent rarement en salle, face aux miroirs de leurs exploits aériens et terre-à-terre.Pour beaucoup de B-boys de la scène bruxelloise underground de danse (breakdance, new style ou même ragga), c'est au-dessus des trains que ça se passe, au moins trois fois par semaine. La gare du Luxembourg réunit plutôt les danseurs "debouts", tandis que la gare du Nord rassemble les breakers. Dans un même esprit freestyle, ces jeunes entre 17 et 25 ans véhiculent cependant tous les valeurs fondatrices du mouvement hip-hop: l'esprit de partage et la réappropriation de l'espace public. Découverte des visages souterrains de la danse urbaine à Bruxelles, en vidéo.Lydie Mushamalirwa / Images et montage: Kevin Dochain