En images: Elvis Presley sans fard dans un livre de photos exceptionnel

En images: Elvis Presley sans fard dans un livre de photos exceptionnel
The Kiss, The Mosque Theater, june 30, 1956. Bien que sans doute la plus emblématique des photos de Wertheimer, l'identité de la jeune femme est restée inconnue jusqu'en... 2011! © 2015 Alfred Wertheimer/Courtesy Taschen

C'est l'une des images les plus connues d'Elvis: cheveux et costard foncés, cravate blanche, les yeux mi-clos, il met la langue à une jeune fille qu'il tient solidement par la taille. A la fois post-pubère et terriblement sexuel. Electrique et romanesque. Pas une mauvaise définition du Presley de 21 ans qui s'apprête à donner en ce 30 juin 1956 deux concerts au Mosque Theater de Richmond, Virginie.

En quelques jours du printemps/été 1956, Alfred Wertheimer (1929-2014) photographie on et off stage celui qui va devenir le plus fameux chanteur de l'Histoire. Avec une intimité unique, jamais répétée par la suite, simplement parce que le label du (futur) King (RCA Victor) veut garder la trace de celui auquel il prête à juste titre un avenir considérable. Le jeune Wertheimer -de six ans l'aîné de Presley- travaille en lumière naturelle, étonnamment proche et complice. "La plupart du temps, Elvis n'était pas conscient que je le mitraillais. Il était entièrement concentré sur ce qu'il faisait", écrit-il dans le magnifique bouquin de 360 pages grand format édité par Taschen.

Résumé classe d'environ 2500 images prises par Wertheimer en concert, en studio mais aussi sur les plateaux télés du Steve Allen Show (où Elvis joue son premier sketch habillé en cowboy) et deux ans plus tard, lorsque le prodige désormais superstar quitte New York pour un service militaire en Allemagne. Et puis chez lui, à Memphis, dans la maison de ses parents, détendu et candide. Le livre et les photos sont exceptionnels parce que jamais on n'aura senti à ce point à monter la sève d'un artiste bientôt planétaire, sans jeu ni fard ni plan de com'. En noir et blanc -avec quelques clichés couleurs- dans une Amérique prenant conscience que la musique des enfants ne sera plus jamais la même que celle de leurs parents. Wertheimer capte une société qui découvre la jouissance rock'n'roll, et Elvis en guide d'une insolente jeunesse, ravi de l'onde de choc qu'il déclenche, sans être encore paralysé par elle. (Ph.C.)

ELVIS AND THE BIRTH OF ROCK AND ROLL, ÉDITIONS TASCHEN (QUI ÉDITENT ÉGALEMENT UNE ÉDITION RELIÉE SOUS COFFRET DE LUXE À 500 EUROS, DISPONIBLE AU TASCHEN STORE BRUSSELS). WWW.TASCHEN.COM

Elvis and the Birth of Rock and Roll © 2015 Alfred Wertheimer/Courtesy Taschen

The Kiss, The Mosque Theater, 30 juin 1956. Bien que sans doute la plus emblématique des photos de Wertheimer, l'identité de la jeune femme est restée inconnue jusqu'en... 2011!

Elvis and the Birth of Rock and Roll © 2015 Alfred Wertheimer/Courtesy Taschen

Elvis, Scotty Moore à la guitare, Bill Black à la basse, et DJ Fontana à la batterie, durant un concert au Stage Show, le 17 mars 1956.

Elvis and the Birth of Rock and Roll © 2015 Alfred Wertheimer/Courtesy Taschen

Elvis est "Tumbleweed Presley" dans le Steve Allen Show et répète son ricanement caractéristique. New York City, 1er juillet 1956.

Elvis and the Birth of Rock and Roll © 2015 Alfred Wertheimer/Courtesy Taschen

C'est un Elvis délicieusement débraillé et décontracté qui écoute le disque acetate de son enregistrement pour RCA de Hound Dog et Don't Be Cruel dans la maison familiale, avec son amie Barbara Heam.

Elvis and the Birth of Rock and Roll © 2015 Alfred Wertheimer/Courtesy Taschen

Don't Be Cruel, RCA Victor Studio 1, 2 juillet 1956.

Elvis and the Birth of Rock and Roll © 2015 Alfred Wertheimer/Courtesy Taschen

La couverture du livre. La photo de couverture est l'un des Hatch Show Prints qui ouvrent chaque chapitre.