Dour 2014: Top 5 des trucs inutiles et donc indispensables

"Ni dieu, ni maître, ni croquette". Il fallait se lever tôt et accéder au festival lorsqu'il était encore désert pour décrypter le message qu'un grapheur anonyme avait dessiné tout au long d'un des bacs à urinoirs géants du site. Accompagnée de la tête d'un petit chat, le slogan jouait dans la catégorie des lolcats. Parfait pour détendre les vessies des libertaire timides. © Michi Hiro Tamaï

Michi-Hiro Tamaï

5. Marcel Duchamp is not dead © Michi Hiro Tamaï

"Ni dieu, ni maître, ni croquette". Il fallait se lever tôt et accéder au festival lorsqu'il était encore désert pour décrypter le message qu'un grapheur anonyme avait dessiné tout au long d'un des bacs à urinoirs géants du site. Accompagnée de la tête d'un petit chat, le slogan jouait dans la catégorie des lolcats. Parfait pour détendre les vessies des libertaire timides.

4. Nerds in Love © Michi-Hiro Tamaï

Porte clef, éventail , LED Rouge, key neck... La moitié des gadgets publicitaires distribuée sur le site de Dour périt probablement aujourd'hui dans une poubelle. Les lunettes de soleils distribuées par la Confédération des Syndicats Chrétiens sur les campings de Dour connaissent, elle, un meilleur sort. Leur monture aux formes pixélisée tapait en effet juste dans le retro gaming. Huit euros en vente en ligne. L'arnaque. Enrôlez-vous, c'est moins cher!

3. Slow Food Power © Michi-Hiro Tamaï

Cette année, à droite de la Cannibal Stage de Dour, on pleurait la disparition du stand de crêpes ainsi que le no show de la dame aux calamars, cette ex strip teaseuse de légende reconvertie dans les fruits de mer. Heureusement, un nouveau stand köfte avait pris le relais. Aux commandes, une famille de Jackson 5 qui livrait des pains boulettes maison dont la viande était faite main, sur place. Le tout sous le regard d'aigle d'une mamie à la recette secrète toujours prête à dégainer sa cuillère en bois. Malgré un certain manque de coordination dans la chaîne de montage (probablement du à la fatigue du quatrième jour) et une attente d'un demi heure par demi boulette (on exagère à peine), le stand mérite son étoile au Guide Michelin du rock'n'roll.

2. Meilleur Tour Bus © Michi-Hiro Tamaï

On a pas croisé de Walrus ni de fou sur la colline recherchant le Tour Bus le plus puissant et le plus magique de Dour ce samedi. Cinq monstres garés les uns à côté des autres. Celui de Maxïmo Park n'a pas voulu répondre à nos question tandis que ceux de DJ Shantel, Theo Parrish, et Mogwai ont gardé porte close. Restait donc Sick of It All avec Pete, guitariste du groupe qui a bien voulu nous aider et prendre la pose devant le pare choc réparé à la va vite (avec de la bande isolante) de sa maison roulante.

1. Sosie malgré lui © Michi-Hiro Tamaï

Alex Stevens, tout le monde le connaît dans la partie pro de Dour. Le public, un peu moins, même s'il s'agit du gentil programmateur du festival qui en tire les ficelles. Pour tout journaliste, le croiser sur le site relève donc souvent du graal en matière d'infos - à demander tout en faisant mine de parler de la pluie et du beau temps. Julien Declerc a donc du être sacrément surpris lorsque nous l'avons frontalement abordé pour lui demander son estimation (à un cheveu près) du nombre de spectateurs, en plein concert des Girls in Hawaii. On aurait bien voulu ce quidam qui est entre temps devenu notre sosie préféré d'Alex Stevens pour une ballade. Le genre de trip à foutre la dawa dans les horaires du festival et à engueuler quelques artistes. Mais à part les lunettes, un détail trahissait Julien "Alex" Declerc: son sourire permanent.