"Je suis très choqué et attristé d'entendre que Mark Hollis est décédé", a indiqué l'ancien bassiste du groupe, Paul Webb, alias Rustin Man, sur Facebook. "Musicalement c'était un génie, et c'était un honneur et un privilège d'avoir joué avec lui dans le groupe", a-t-il ajouté.

"Repose en paix, Mark Hollis", a aussi tweeté Anthony Costello, cousin par alliance du musicien. "Mari et père merveilleux. Homme fascinant, fidèle à ses principes. Avait pris sa retraite de la musique il y a 20 ans, mais restait une icône musicale indéfinissable", a-t-il ajouté.

Sollicités par l'AFP, des agents de Mark Hollis n'étaient pas joignables dans l'immédiat. La cause et le lieu de son décès n'ont pas encore été précisés.

Lancé à Londres en 1981, le groupe Talk Talk s'était fait connaître au Royaume-Uni et en Europe avec des tubes au son pop synthéque comme It's My Life et Such a Shame.

Mais le groupe avait ensuite changé d'orientation dès son troisième album, The Colour of Spring, sorti en 1986, caractérisé par une approche bien plus improvisée qui devait marquer le début du post-rock. Les deux albums suivants, Spirit of Eden (1988) et Laughing Stock (1991) font d'ailleurs office de chefs-d'oeuvre du genre.

S'il a eu beaucoup d'influence, notamment sur Radiohead ou le groupe islandais Sigur Ros, la technique d'improvisation de Talk Talk rendait l'organisation de concerts difficile, et le groupe s'est séparé en 1991 après des tensions avec sa maison de disques.

Mark Hollis, né le 4 janvier 1955 à Tottenham, avait lui disparu de la scène publique depuis 1998 et la sortie de son album solo, très intimiste, intitulé simplement Mark Hollis. Il était toutefois brièvement réapparu lors de collaborations, notamment avec Unkle et Anja Garbarek.

Avec l'AFP