Kraftwerk et d'autres visionnaires techno-concernés parlaient il y a déjà un bout de temps, du man-machine, connectant cortex et transmission électronique. On y pense alors que Témé Tan débute son concert sur la Green Stage -au Théâtre de Verdure- seul, face à son iPad ou ce qui démarre ses loops agrémentés d'un chant et d'une guitare électrique.Le Bruxello-Congolais revient sur son premier album paru à l'automne dernier, partiellement confectionné avec Le Motel, et teste aussi de nouveaux titres tels que Ma qué malheur en vue d'un second disque. Son répertoire afropéen, sans être désagréable, manque cependant de groove et de charnel.
...