Pierre Pevée, Prince Off, la langue de bois, il ne connaît pas. On peut même lui poser des questions un rien sournoises, du genre "est-ce que Ivan Smagghe et Andrew Weatherall ne viennent pas un peu trop souvent passer des disques à la Leftorium?" et il répondra sans tiquer, le plus souvent même de façon amusante. Ce Liégeois aujourd'hui anderlechtois (rien à voir avec le foot) a curieusement débuté sa carrière à Ibiza, aux platines le temps d'un mariage. Les grandes amitiés, avec Geoffroy Mugwump et Fifi du Wood notamment, les dates et les soirées, se sont ensuite enchaînées. Pas toujours avec succès: les soirées Food à Liège ont notamment tenu du véritable échec et quelques Leftorium ont aussi peiné à entrer dans leurs frais, malgré la qualité des affiches proposées. N'en demeure pas moins que dans l'ensemble, ce qu'organise Prince Off avec ses divers comparses roule généralement plutôt bien et ça met aussi des étoiles dans les yeux d'une très grosse poignée de nightclubbeurs un peu plus exigeants que les autres. Prince Pierre s'en explique longuement, égratinant au passage un certain esprit bruxellois noctambule.

N'étant pas et ne voulant pas devenir un DJ pro, en journée, "dans le civil", Pierre travaille par ailleurs pour la SMart sur le projet LaVallée, "incubateur" d'artistes lancé en septembre 2014 dans une ancienne blanchisserie de Molenbeek où quelques 60 créateurs interagissent au quotidien, exposent, créent en résidence... Une bonne occasion de voir si Bruxelles, comme le prétendait le New York Times il y a quelque jours, est vraiment en train de devenir le nouveau Berlin. Et aussi d'annoncer la soirée de soutien à LaVallée, ce samedi 19 septembre au VK. (sc)

Pierre Pevée, Prince Off, la langue de bois, il ne connaît pas. On peut même lui poser des questions un rien sournoises, du genre "est-ce que Ivan Smagghe et Andrew Weatherall ne viennent pas un peu trop souvent passer des disques à la Leftorium?" et il répondra sans tiquer, le plus souvent même de façon amusante. Ce Liégeois aujourd'hui anderlechtois (rien à voir avec le foot) a curieusement débuté sa carrière à Ibiza, aux platines le temps d'un mariage. Les grandes amitiés, avec Geoffroy Mugwump et Fifi du Wood notamment, les dates et les soirées, se sont ensuite enchaînées. Pas toujours avec succès: les soirées Food à Liège ont notamment tenu du véritable échec et quelques Leftorium ont aussi peiné à entrer dans leurs frais, malgré la qualité des affiches proposées. N'en demeure pas moins que dans l'ensemble, ce qu'organise Prince Off avec ses divers comparses roule généralement plutôt bien et ça met aussi des étoiles dans les yeux d'une très grosse poignée de nightclubbeurs un peu plus exigeants que les autres. Prince Pierre s'en explique longuement, égratinant au passage un certain esprit bruxellois noctambule.N'étant pas et ne voulant pas devenir un DJ pro, en journée, "dans le civil", Pierre travaille par ailleurs pour la SMart sur le projet LaVallée, "incubateur" d'artistes lancé en septembre 2014 dans une ancienne blanchisserie de Molenbeek où quelques 60 créateurs interagissent au quotidien, exposent, créent en résidence... Une bonne occasion de voir si Bruxelles, comme le prétendait le New York Times il y a quelque jours, est vraiment en train de devenir le nouveau Berlin. Et aussi d'annoncer la soirée de soutien à LaVallée, ce samedi 19 septembre au VK. (sc)