Dans cet album live et ce documentaire Homecoming, Beyoncé célébrait la puissance et la libération de la culture afro. C'était la première fois qu'une artiste afro-américaine était en tête d'affiche du festival de Palm Spring. Sa performance était ponctuée de mises en scène symboliques, l'une rassemblant une douzaine de danseurs en une marche élaborée. Implicitement, elle rendait hommage aux écoles et universités noires, créées aux États-Unis avant le Civil Rights Act de 1964 qui soutenait les communautés noires, oppressées par les institutions dominantes blanches. Ce concert se voulait également une rétrospective de la carrière de la chanteuse. Kelly Rowland et Michelle Williams étaient d'ailleurs intervenues sur scène, l'occasion de reformer temporairement les Destiny's Child.