BEACH HOUSE, BLOOM, DISTRIBUÉ PAR SUB POP. **

DREAM POP | Le problème quand on sort un chef-d'oeuvre de pop atmosphérique ouatée et rêveuse comme Teen Dream, c'est qu'après il faut franchement s'accrocher pour tenir la distance et lui offrir un successeur digne de ce nom. Bloom a beau s'ouvrir sur un très joli Myth capable de vous chatouiller les glandes lacrymales, le duo de Baltimore se prend les pieds dans le tapis de l'album trop lourd à porter et semble atteint du syndrome "je fais le même disque en vachement moins bien". La voix de Victoria Legrand sait encore se faire magnétique et l'ambiance ensorcelante mais il y a comme qui dirait chez Beach House un grain de sable dans la mécanique. Dommage.

J.B.

DREAM POP | Le problème quand on sort un chef-d'oeuvre de pop atmosphérique ouatée et rêveuse comme Teen Dream, c'est qu'après il faut franchement s'accrocher pour tenir la distance et lui offrir un successeur digne de ce nom. Bloom a beau s'ouvrir sur un très joli Myth capable de vous chatouiller les glandes lacrymales, le duo de Baltimore se prend les pieds dans le tapis de l'album trop lourd à porter et semble atteint du syndrome "je fais le même disque en vachement moins bien". La voix de Victoria Legrand sait encore se faire magnétique et l'ambiance ensorcelante mais il y a comme qui dirait chez Beach House un grain de sable dans la mécanique. Dommage.J.B.