Le monde de la musique est impitoyable. Ou en tout cas imprévisible. Allez comprendre ce qui fait le succès de l'un, ou le plantage de l'autre. Vous aurez beau rassembler les données objectives, croiser les paramètres, rien n'est plus capricieux et hasardeux que prévoir l'avenir d'un projet artistique. Ce qui n'empêche pas de supputer. Car pour certains, si l'essentiel reste encore à faire, de solides jalons ont déjà été posés. Au cours de ces prochains mois, ils sortiront ainsi leur premier album, ou squatteront les salles de concert. À en croire les professionnels de la profession, 2018 sera leur année. Ou pas. On prend les paris.
...

Le monde de la musique est impitoyable. Ou en tout cas imprévisible. Allez comprendre ce qui fait le succès de l'un, ou le plantage de l'autre. Vous aurez beau rassembler les données objectives, croiser les paramètres, rien n'est plus capricieux et hasardeux que prévoir l'avenir d'un projet artistique. Ce qui n'empêche pas de supputer. Car pour certains, si l'essentiel reste encore à faire, de solides jalons ont déjà été posés. Au cours de ces prochains mois, ils sortiront ainsi leur premier album, ou squatteront les salles de concert. À en croire les professionnels de la profession, 2018 sera leur année. Ou pas. On prend les paris. Dernier projet en date de Damon Albarn? Nouvelles aventures du Tame Impala en chef Kevin Parker?... Les rumeurs les plus folles ont déjà couru sur cette récente signature du label Domino. En 2017, Superorganism affolait Spotify avec son single Something for your M.I.N.D.. Allant jusqu'à titiller l'oreille de Frank Ocean et du Vampire Weekend Ezra Koenig. En mars, le collectif kaléidoscopique et multiculturel (ils sont anglais, néo-zélandais, australiens et vivent ensemble dans l'Est londonien) sortira un premier album fun et ludique de pop technicolor emmené par une chanteuse japonaise de 17 ans. Quelque part entre les Avalanches et The Go! Team. Bonne humeur assurée. J.B.Rassemblant un chanteur australien et trois musiciens de Villejuif dans le Val de Marne, en bordure de Paris, le Vuillejuif Underground (toute référence à un célèbre groupe new-yorkais n'est pas purement fortuite) sortira bientôt son premier album chez Born Bad. Bancal, bordélique et décomplexé, le Villejuif fait dans le rock déglingué, la pop tarée, la country droguée, et la disco génétiquement modifiée. Comment ne pas se laisser embarquer par des mecs qui ont parodié le clip de campagne de Marine Le Pen? J.B.Singer, songwriter et producteur du nord de Londres, Chelou (25 ans) esquisse les ravissants paysages d'un folk rêveur électronique et mélancolique. Chelou reprend du Nirvana en mode Bon Iver (Aneurysm), fait à l'occasion de la musique avec des ustensiles de cuisine (Damned Eye See) et a apparemment un faible pour l'animation (ses clips sont des petites merveilles de dessin animé). Son single Halfway to Nowhere dépasse les cinq millions de vue sur YouTube et les deux millions d'écoute sur Spotify. J.B.Tenues de scène... minimalistes, tubes feel good et chorégraphies décomplexées. Potentiel fête au top pour les Australiens de Confidence Man. Emmené par les chanteurs/danseurs Janet Planet et Sugar Bones, Confidence Man ramène la pop électronique énergisante sur le devant du dancefloor. Tu as kiffé LCD Soundsystem et les B52's? Tu regrettes Fatboy Slim et les cours d'aérobic de Cansei de Ser Sexy? Confidence Man va te faire enfiler tes dancing shoes et te remettre au sport... J.B.On l'a découvert sur la dernière anthologie de "variété underground", compilée par La souterraine. Chaton y avouait: "Et même au bord de la faillite, je continue d'écrire des poésies." Invité sur les ondes de Radio Nova, l'intéressé expliquait avoir en effet bien failli jeter l'éponge. En creusant un peu, on découvre qu'il a réalisé des disques pour Yannick Noah et Jenifer: on comprend mieux pourquoi il a pu douter. Aujourd'hui, il a donc repris les choses à zéro avec Poésies, une chanson-dub lunaire sous autotune, quelque part entre Boogaerts, PNL et Christophe. Beau bizarre... L.H.Depuis qu'elle a déménagé à Bruxelles, l'Anversoise Blu Samu, alias Salomé Dos Santos, semble avoir trouvé sa voie, entre rap et soul profonde. Sorti l'automne dernier, son morceau I Run a notamment marqué les esprits, rappelant par exemple Lauryn Hill. En outre, Blu Samu peut compter sur le soutien d'une belle bande de têtes brûlées locales, comme le rappeur Zwangere Guy ou ceux du 77. Épaulée par Fatoosan aux platines, elle devrait multiplier les scènes ces prochains mois. L.H.Même pas 20 ans au compteur, Ravyn Lenae est originaire de Chicago. Tout juste sortie de l'école (Chicago High School for the Arts), elle chante une soul volontiers électronique qui n'oublie jamais d'être sensuelle, quelque part entre Timbaland et Flying Lotus. Affiliée au collectif Zero Fatigue, signée aujourd'hui sur le prestigieux label Atlantic, elle a déjà sorti deux premiers EP, et s'apprête à en sortir un troisième, intitulé Crush et produit cette fois par Steve Lacy, autre "vingtenaire" surdoué (The Internet, Kendrick Lamar,...). L.H. Le 19 décembre, Glass Museum dévoilait Opening. Premier extrait d'une série de six titres qui paraîtront (chacun accompagné d'un remix par un artiste électro) tous les mois jusqu'à l'EP Deux prévu en mai. Signé par les Liégeois de Jaune Orange, les Tournaisiens Antoine Flipo (piano) et Martin Grégoire (batterie) font dans un jazz moderne teinté d'électronique et de musique classique. Pour les amoureux de BadBadNotGood, de Gogo Penguin, de délicates et subtiles émotions fortes. J.B.Il se faisait appeler Happy Meal Ltd jusqu'à ce que les avocats de McDonald's ne se manifestent. Notamment composé d'un Français et d'un Grec, HMLTD est sans doute à l'heure actuelle le groupe le plus flamboyant de Londres. Look à la croisée des Village People et du Rocky Horror Picture Show, personnalité schizophrène, HMLTD slalome entre le glam, les Talking Heads et les BO de western... A voir sur scène plus qu'à écouter sur disque. Pour l'instant du moins. J.B.Révélation des dernières Trans Musicales de Rennes, où se retrouve chaque année début décembre toute l'industrie hexagonale de la musique, Tshegue est un projet franco-congolais secoué par la chanteuse parisienne de Kinshasa Faty Sy Savanet (ex-Jaguar) et le batteur/producteur Nicolas Dacunha, qui a vécu à Cuba. Tshegue (c'est le nom qu'on donne aux gamins, gentils bandits, qui zonent dans les rues de Kin) revendique l'influence des Bad Brains, d'ESG et de la rumba congolaise façon Franco Luambo. Rock, hip hop, électro et exotisme... Chaud devant. J.B.Certains l'auront peut-être déjà repérée comme actrice dans le film coup de poing 120 BPM, Grand Prix du dernier festival de Cannes. Actrice, diplômée des arts du cirque, Aloïse Sauvage s'est entre-temps également lancée dans une carrière de chanteuse, auteure, compositrice. À 25 ans, elle épouse bien les codes d'une jeune génération décomplexée, audacieuse dans sa manière de faire sauter les barrières entre les genres. Pensez Jain, pensez Christine & the Queens, pour cette façon de tracer une voie entre chanson, électro et hip hop. L.H. Ce n'est pas forcément le genre de son que l'on a l'habitude de voir débarquer d'une ville comme Manchester. Loin de l'héritage post-punk ou rave de la ville, IamDDB, 21 ans, creuserait plutôt une voie neo-soul. À sa manière. Avec des origines familiales disséminées entre le Portugal et l'Angola, et un paternel bassiste et ingénieur du son, Diana DeBrito, de son vrai nom, voit large. Celle qui fait partie de la long list du BBC Sound of 2018, parle volontiers d'urban jazz, pour décrire sa musique. Ses premiers EP mélangent en effet des effluves r'n'b avec des notes jazzy, y ajoutant des éléments plus électroniques, bass ou hip hop. Voire carrément trap, comme sur le récent single Shade, qui réussit l'exploit de sonner à la fois sale et soul. L.H.