Il y a deux mois, tous les cool kids de la scène gaming indé de San Francisco (et d'ailleurs) s'étaient donné rendez-vous au SoMa Galvanize. Loin des petits stands à 85 000 euros de la Game Developers Conference (1), Devolver préférait exposer ses nouveautés dans ce bunker de béton brut planqué sous un incubateur de startup. Impressions d' artworks aux murs, billard, bières en libre service... Détendues, les vibes du QG de l'éditeur indie et punk le plus en vue du moment n'ont pas fait fléchir l'avis de Kitty Calis, co-créatrice de Minit venue faire la promo de son jeu. "Les pires endroits du monde sont toujours ceux qui se donnent un air cool mais qui cachent une triste réalité sociale, exactement comme San Francisco!"
...