Menace par arme à feu, pneus éventrés, jets de pierres, collision volontaire d'une Jeep (à six reprises!)... En deux ans, la flotte de robots taxis One de Waymo a essuyé 21 cas d'agressions dans la banlieue de Phoenix. Pis, un véhicule autonome en test d'Uber et une Model X de Tesla ont tué respectivement l'an dernier un piéton et un conducteur, en Arizona et en Californie. Si la voiture autonome a vécu une année 2018 morne, son cousin ferroviaire garde le sourire. Rio Tinto, une compagnie minière australienne, annonçait ainsi avoir fait rouler sans heurt et sans chauffeur son AutoHaul sur un million de kilomètres depuis juillet dernier. S'il reste surveillé à distance par des humains, ce " plus grand robot du monde" scrute constamment le dégagement de la voie, le bon état de ses roues et de ses attelages. Ce train desservant quartorze mines et quatre ports roule en outre 6 % plus rapidement qu'avec un humain à bord, grâce un calcul judicieux par son IA des accélérations et des freinages. Un nouveau souffle pour les films de catastrophes ferroviaires?