"Ils se moquent de nous ces connards bordel." "Ouais, ça c'est vrai..." "Bande, bande, de connards, bande de connards. Bande, bande, de connards, bande de connards..." Le chanteur de Frustration Fabrice Gilbert est venu donner un coup de main. Extrait de Tout va bien se passer, troisième album du Wild Classical Music Ensemble, Bande de... est une tempête d'invectives. Un doigt d'honneur à la normalité. Un tube de rock expérimental. Punk. Viscéralement punk.
...

"Ils se moquent de nous ces connards bordel." "Ouais, ça c'est vrai..." "Bande, bande, de connards, bande de connards. Bande, bande, de connards, bande de connards..." Le chanteur de Frustration Fabrice Gilbert est venu donner un coup de main. Extrait de Tout va bien se passer, troisième album du Wild Classical Music Ensemble, Bande de... est une tempête d'invectives. Un doigt d'honneur à la normalité. Un tube de rock expérimental. Punk. Viscéralement punk. Créé et encadré par le musicien et bricoleur Damien Magnette (Zoft, Facteur Cheval, Why The Eye?), le Wild Classical Music Ensemble est un groupe de handicapés mentaux. Rock et déficience intellectuelle... On a vite fait de penser musicothérapie et atelier protégé. Et pour le coup, on est loin du compte. En français et en néerlandais dans le texte, Tout va bien se passer (Het komt allemaal wel goed) est un vrai disque, une solide et sauvage proposition artistique. Un album barré, furieux, qui ne fait jamais dans le compromis, qui tacle les regards en coin et les remarques désobligeantes. "Il est en avance. Il est en retard. Il est en avance. Il est en retard." Sur l'entêtant et obsessionnel Train Station, premier extrait de l'album, dans le clip duquel le chanteur et bassiste Sébastien Faidherbe se promène déguisé en contrôleur de la SNCB (on lui a récemment installé un petit punching-ball sur scène pour qu'il puisse se défouler entre les morceaux), le Wild Classical secoue d'emblée le post-punk, la noise, le free jazz et l'exploration sonore. Né en 2007 comme un atelier de musique expérimentale à l'initiative de Wit.h (un centre artistique courtraisien à vocation sociale), le groupe s'est repensé sans Rudy Callant (trompette, voix) et Kim Verbeke (guitare) mais il n'a rien perdu de ses tripes, de son inventivité et de sa spontanéité. Emmenés par Damien Magnette qui leur a fabriqué des instruments sur mesure (basse à percussion, thérémine réinventé, mélodica extraterrestre...) et le guitariste Wout Wittevrongel, Faidherbe, Linh Pham (voix, effets), Johan Geenens (flûtes, voix) et le nouveau venu Wim Decoene (sampler) font penser à du Devo vraiment givré, aux délires des Residents et aux bizarreries de Mike Patton... Cris primaux, artisanat sauvage... Tout va biense passer est un disque chaotique, tribal, saccadé mais accessible auquel collent plutôt bien les visuels de Carl Roosens (Carl et les hommes-boîtes). Un uppercut, puissant et candide, qui met KO et abandonne hébété. Tout au long du voyage, méchamment accidenté, l'album est traversé par les coups de klaxons d'un train fou... Les barrières sont levées. Mais le convoi roule à vive allure et rien ne semble désormais pouvoir l'arrêter. Prenez-le en marche. La sonnette d'alarme est cassée...