En 1949, le chorégraphe et metteur en scène Jerome Robbins avec qui il a déjà travaillé passe un coup de fil au compositeur Leonard Bernstein. Inspiré par son amant Montgomery Clift, il lui propose "une version moderne de Roméo et Juliette dans les bas-fonds. Au moment des fêtes de Pâ...

En 1949, le chorégraphe et metteur en scène Jerome Robbins avec qui il a déjà travaillé passe un coup de fil au compositeur Leonard Bernstein. Inspiré par son amant Montgomery Clift, il lui propose "une version moderne de Roméo et Juliette dans les bas-fonds. Au moment des fêtes de Pâques et de Pessa'h, entre juifs et catholiques. Le ton monte. Bagarre de rue. Deux morts. Tout s'imbrique. Mais plus important encore, il s'agit de créer une oeuvre tragique dans le style d'une comédie musicale." Revu et corrigé, l'amour impossible se déclinera sur fond de guerre à couteaux tirés entre bandes rivales, un portrait vibrant de New York et un spectacle à la tension palpable marqué musicalement par le contraste (le jazz d'un côté pour les jeunes de classe ouvrière blanche, la musique latino de l'autre pour les immigrés de Porto Rico). Coup d'envoi d'une programmation spéciale Leonard Bernstein complétée par le documentaire Le Déchirement d'un génie et deux concerts (l'un, hommage, dirigé par James Gaffigan, et l'autre, le premier concert éducatif que le génie avait imaginé pour les jeunes à la télévision), le docu d'Axel Fuhrmann se penche sur l'histoire de West Side Story. Décortique sa musique, raconte un volcan d'énergie créative, compositeur touche-à-tout et insomniaque chronique, et enquête sur les raisons d'un succès phénoménal. A fortiori pour une love story sans happy end...