Mini-série créée par Peter Kosminsky. Avec Ony Uhiara, Sam Otto, Shavani Cameron, Ryan McKen.
...

Mini-série créée par Peter Kosminsky. Avec Ony Uhiara, Sam Otto, Shavani Cameron, Ryan McKen. 8Si le phénomène de la radicalisation a été arpenté en long et en large dans le cinéma, les reportages, documentaires et talk show, il n'a pas encore fait l'objet d'une fiction ambitieuse racontant l'histoire depuis l'intérieur du guêpier de l'État Islamique. C'est désormais chose faite avec cette plongée en immersion dans le quotidien de quatre britanniques partis clandestinement rejoindre les rangs de Daech à Raqqa, en Syrie, épicentre du califat. Sur quatre épisodes en mode choral, les amis Ushna et Jalal rejoignent la lutte armée, suivent une formation aussi drastique que paranoïaque puis montent au front. La jeune Ziyaad et Shakira, accompagnée de son fils Isaac, sont accueillies par les femmes et se préparent à devenir des lionnes, les épouses soumises des guerriers d'Allah. Au début, ce quotidien est confondant de normalité sympathique mais petit à petit, le bourrage de crâne idéologique, les restrictions, les déceptions et les aberrations d'un régime aux abois testent les motivations et leurs idéaux. Chaque jour amène son lot de défis logistiques, physiques, militaires, puis moraux, existentiels, intimes, qui viendront éprouver leur éthique individuelle, leur foi, leur engagement et éclairer l'ampleur d'un endoctrinement non dépourvu de cynisme. Bien que réservant la plupart du temps la violence dans le hors-champ, la série ne s'épargne pas des images chocs: bébés victimes d'un bombardement, corps décapités, marché de femmes esclaves, mêmes mineures. C'est troublant, choquant, captivant car dénué de jugement et de sensationnalisme. Et tout se passe en interne: les seuls visages occidentaux sont ceux de djihadistes hollandais, anglais ou américains et rien ne filtre de l'extérieur si ce n'est les balles, les bombes et quelques communications téléphoniques aussi brèves que clandestines. Documenter cette vie sans issue a nécessité des mois de travail en amont pour récolter les témoignages de rescapés ou repentis qui donnent à chaque situation, à chacun des personnages, tout au long de leur quête, une véracité bouleversante. NICOLAS BOGAERTS