Hyam Zaytoun est actrice. Son compagnon aussi. Aussi la jeune femme a-t-elle d'abord le soupçon que ce dernier se livre à une sorte de "show" ou de blague quand il la réveille en pleine nuit par des bruits de bouche étranges. L'homme est en réalité en plein arrêt cardiaque, et bientôt plongé à l'hôpital dans un coma. Commencent alors les heur...

Hyam Zaytoun est actrice. Son compagnon aussi. Aussi la jeune femme a-t-elle d'abord le soupçon que ce dernier se livre à une sorte de "show" ou de blague quand il la réveille en pleine nuit par des bruits de bouche étranges. L'homme est en réalité en plein arrêt cardiaque, et bientôt plongé à l'hôpital dans un coma. Commencent alors les heures les plus longues, durant lesquelles les espoirs et désespoirs se disputent l'attente terrible. Et les interrogations sur ce dont on sera ou pas capable pour la vie qui reste. " Ce n'est pas un combat, c'est une estimation des forces." D'une expérience traumatique réelle, Zaytoun tire un texte littéraire qui emporte par sa justesse, sa sobriété et sa vitalité. Écrit comme le compte à rebours d'une grande nuit amoureuse et existentielle face à la brutalité la plus imprévisible, il captive de la façon dont seules les questions de vie ou de mort peuvent fasciner. Relecture discrète d'Orphée et Eurydice, le livre (une longue lettre adressée à cet homme aux portes de la mort, mais qui en reviendra) fait aussi affleurer un sous-texte théâtral léger, quand cette femme, maîtresse, confidente et mère revisite les rôles qu'elle et son compagnon ont joués dans un couple "androgyne" jusqu'à la confusion des identités parfois: " Ce qui de toi ou moi fait l'amant ou l'amante, le père ou bien la mère, l'ami et l'amie. Ce qui de toi ou moi fait l'homme ou bien la femme. S'est dissout dans nos corps enlacés, dans nos esprits confusément rassemblés." Ou quand, à l'aveu d'avoir aimé un homme se substitue celui, aussi évident que dérangeant, de l'aimer plus encore depuis qu'il va disparaître. Lumineuse traversée des enfers.