"D'après une histoire vraie... pour l'essentiel", annonce l'avertissement en début de film. Renouant avec des "royals" qui lui avaient souri dans The Queen, Stephen Frear...

"D'après une histoire vraie... pour l'essentiel", annonce l'avertissement en début de film. Renouant avec des "royals" qui lui avaient souri dans The Queen, Stephen Frears s'intéresse cette fois à la relation privilégiée qui devait s'établir entre la reine Victoria et Abdul Karim, un serviteur indien débarqué à la Cour pour son jubilé d'or. Et leur amitié de faire des vagues dans l'entourage de la souveraine... On comprend l'intérêt de Frears pour un sujet lui permettant de croquer les moeurs de la cour victorienne avec la verve caustique qu'on lui connaît. Pour autant, la satire politique reste contenue, le cinéaste donnant l'impression d'évoluer en roue libre, pour s'en tenir à un divertissement plaisant mais ronronnant, où brille toutefois Judi Dench.