Deux mondes a priori irréconciliables. D'une part celui, glissant, de la fiction, sa procession de fantasmes, son irraison, de l'autre celui des gestes machinaux, d'un quotidien procédurier et d'une langue technique a priori rétive à la métaphore. Une certaine veine de littérature française a pourtant réussi à s'infiltrer dans la crudité de ces mondes clos, pétris de réel surréel, pour y déloger de fascinantes échappées fictionnelles, épiques, autobi...