Pas de repos pour le croque-mort Jonas Crow, son dessinateur Ralph Meyer et sa coloriste Caroline Delabie: avec une régularité de métronome (six albums en six ans), leur scénariste Xavier Dorison les emmène à nouveau à l'aventure et vers la ...

Pas de repos pour le croque-mort Jonas Crow, son dessinateur Ralph Meyer et sa coloriste Caroline Delabie: avec une régularité de métronome (six albums en six ans), leur scénariste Xavier Dorison les emmène à nouveau à l'aventure et vers la castagne dans le grand Ouest, en territoire apache, pour boucler avec beaucoup d'âpreté et parfois un grand sens du spectacle le diptyque entamé avec L'Indien blanc. Cette sombre affaire d'enfant de riche kidnappé par les Indiens, puis acquis à leur cause, puis assassiné, se distingue non seulement par une intrigue réaliste, très documentée et aux antipodes de tout manichéisme, mais aussi par un graphisme quasiment parfait et qui, oui, évoque les meilleures heures et les meilleurs albums de Jean Giraud et de Blueberry, comme le rappelle presque chaque fois, dès qu'il le peut, son éditeur. Un cadeau à la longue un peu empoisonné, mais un cadeau quand même, puisque ce rapprochement en dit long à lui seul sur les qualités de cette série à succès, réalisée dans un canevas classique et "comme on n'en fait plus", qui fait rimer comme peu art, artisanat et grand divertissement.