Mettre en miroir d'un côté Mustafa Kemal "Atatürk", père, entre 1923 et 1938, de la Turquie moderne et de son mythe national, et de l'autre les dérives autocrates et islamistes de l'actuel président Recep Tayyip Erdoga...

Mettre en miroir d'un côté Mustafa Kemal "Atatürk", père, entre 1923 et 1938, de la Turquie moderne et de son mythe national, et de l'autre les dérives autocrates et islamistes de l'actuel président Recep Tayyip Erdogan (exacerbées après le coup d'État raté des 15 et 16 juillet 2016) est un parti pris extrêmement délicat. Mais ce documentaire se défait plutôt bien des pièges du déterminisme historique, détaillant la genèse de cette nation turque fondée sur les miettes de l'Empire ottoman, arrivée avec violence dans le concert des nations, marquée par le génocide arménien de 1915 (et sa négation insupportable), les persécutions des populations grecques puis kurdes et alévies dans les années 20, le jeu ambigu entre laïcité et fondamentalisme religieux (dont ce dernier est sorti vainqueur). L'expression contemporaine de cette tentation historique d'éliminer toute contestation est racontée pour l'essentiel par ceux-là mêmes qui la subissent (historiens, écrivains, journalistes...), éclairant les failles et les dangers d'un nationalisme vigoureux.