" Qu'est-ce qu'un metteur en scène? C'est d'abord quelqu'un à qui l'on pose constamment des questions, des questions à propos de tout... Quelquefois il a les réponses mais pas toujours." En juillet 1981, soit trois années seulement avant sa mort, François Truffaut, 49 ans et 21 oeuvres à son actif, se prête au jeu de l'entretien télévisé. Face à Jean Collet et Jérôme Prieur, il visionne puis commente longuement des extraits de ses films, depuis Les Mistons, court métrage datant de 1957 où il apprend à tâtons à faire du cinéma, jusqu'à La Femme d'à côté, qu'il vient à peine de mettre en boîte. Filmé en t...

" Qu'est-ce qu'un metteur en scène? C'est d'abord quelqu'un à qui l'on pose constamment des questions, des questions à propos de tout... Quelquefois il a les réponses mais pas toujours." En juillet 1981, soit trois années seulement avant sa mort, François Truffaut, 49 ans et 21 oeuvres à son actif, se prête au jeu de l'entretien télévisé. Face à Jean Collet et Jérôme Prieur, il visionne puis commente longuement des extraits de ses films, depuis Les Mistons, court métrage datant de 1957 où il apprend à tâtons à faire du cinéma, jusqu'à La Femme d'à côté, qu'il vient à peine de mettre en boîte. Filmé en toute sobriété, il répond avec spontanéité et générosité aux questions de ses interlocuteurs, multipliant les anecdotes de tournages et les réflexions cinéphiles qui renferment quelques-uns de ses plus précieux secrets de fabrication. Diffusée en deux parties sur TF1 au printemps 1983, l'émission est aujourd'hui pour la première fois retranscrite et réorganisée dans une édition française richement illustrée qui permet de bien mesurer le poids et la finesse de chacune des observations de François Truffaut sur son propre travail. Conscient de ses faiblesses comme de ses erreurs, privilégiant toujours le doute et la nuance aux grandes vérités, le cinéaste n'y joue jamais au maître farci de certitudes qui dispenserait son savoir avec autorité. Au contraire, cette Leçon de cinéma est peut-être avant tout une leçon d'ouverture et d'humilité, qui voit Truffaut se livrer à l'exercice délicat de l'autocritique avec une grande lucidité. " Les films de la série des Antoine Doinel sont construits, mais le personnage principal est lui-même un peu fou. Il est amené à nous faire rire, à nous amuser de sa bizarrerie", estime Truffaut dans sa Leçon de cinéma. Justement: les éditions Carlotta nous régalent ces jours-ci d'un coffret Blu-ray collector rassemblant les cinq films de la saga des Doinel dans une restauration 4K inédite. Sur une période de 20 ans, de 1959 à 1979, François Truffaut a fait grandir et évoluer devant sa caméra son double de fiction, le personnage d'Antoine Doinel donc, joué par l'inénarrable Jean-Pierre Léaud. Des 400 Coups à L'Amour en fuite, en passant par le moyen métrage Antoine et Colette, Baisers volés et Domicile conjugal, celui-ci sert de prétexte au réalisateur pour parler de la vie, de l'amour, des tracas du quotidien et du passage du temps. " Idéalement, une bonne scène Doinel, c'est une scène qui doit amuser les uns et rendre les autres un peu tristes", dira encore Truffaut. Rassemblés sur quatre disques, les cinq films s'y accompagnent de très nombreux suppléments et archives qui achèvent de rendre l'objet indispensable. À noter, pour que la fête truffaldienne soit tout à fait totale, que les éditions Carlotta offrent aussi, en sus du coffret, un malin petit livre signé Antoine de Baecque sur la saga des Doinel.