" Quelle est la meilleure manière de raconter une histoire?", se demande Sylvestre Bouquet. " À la façon Haïtienne", répond Grégoire Carlé: " On commence par le milieu, on termine par le début et au milieu on a qu'à raconter n'importe quoi." Le ton est donc donné... aux...

" Quelle est la meilleure manière de raconter une histoire?", se demande Sylvestre Bouquet. " À la façon Haïtienne", répond Grégoire Carlé: " On commence par le milieu, on termine par le début et au milieu on a qu'à raconter n'importe quoi." Le ton est donc donné... aux 3/4 de l'album. Les deux auteurs précédemment cités sont Strasbourgeois et profitent que la ville alsacienne soit jumelée à Jacmel en Haïti pour y monter un projet de résidence où il est vaguement question d'un atelier de gravure. Les voilà partis sur l'île, début 2012, pour cinq mois. Il y sera surtout question d'envoûtement, de vaudou, de carnaval et de rencontres improbables, avec notamment Jean-Félix, pentecôtiste faisant partie des "Compagnons de la Porte". Il leur servira de guide tout au long du voyage, leur permettant de ne plus (trop) être considérés comme des porte-monnaie ambulants. L'île étant désertée depuis le tremblement de terre, ils représentent 100 % de la manne touristique du moment. Il est également beaucoup question de Clairin, rhum local donnant l'impression d'avoir un nid de frelons à la place du cerveau. Dessiné à quatre mains et raconté à deux voix, Trou zombie est une joyeuse chronique imbibée, expérimentale et déjantée de deux artistes au pays du Baron Samedi.