L'album Racine carrée de Stromae permet de se livrer à un jeu d'interprétation de type psychanalytique -d'autres interprétations sont bien entendu possibles. Les chansons qui composent l'album offrent une image de la famille en forte tension qui mène souvent à des conflits. Stromae évoque le thème de la famille mais souligne la difficulté que chacun rencontre pour y occuper une place symbolique claire. Cela est d'autant plus flagrant concernant la place du père: ce dernier existe dans la réalité mais il n'occupe pas sa fonction de manière symboliquement efficace. Papaoutai met en évidence un ph...

L'album Racine carrée de Stromae permet de se livrer à un jeu d'interprétation de type psychanalytique -d'autres interprétations sont bien entendu possibles. Les chansons qui composent l'album offrent une image de la famille en forte tension qui mène souvent à des conflits. Stromae évoque le thème de la famille mais souligne la difficulté que chacun rencontre pour y occuper une place symbolique claire. Cela est d'autant plus flagrant concernant la place du père: ce dernier existe dans la réalité mais il n'occupe pas sa fonction de manière symboliquement efficace. Papaoutai met en évidence un phénomène psychique important: il ne suffit pas d'avoir un enfant pour devenir symboliquement père. La paternité est un processus psychique complexe et exigeant qui offre aux enfants des repères identitaires structurants: comment devenir un homme en l'absence d'un modèle masculin rassurant? Dans le tableau familial dépeint par Stromae, le père est aux abonnés absents: il est lâche et fuit ses responsabilités. Le personnage de la mère se caractérise quant à elle par une position plus passive, victime de la lâcheté des hommes, mais également idéalisée (Ave Cesaria en hommage à Cesaria Evora). Les clips de Stromae mettent souvent en scène des enfants, témoins impuissants des jeux destructeurs des adultes, dans un climat de violence physique ou psychologique. Cette violence a une conséquence directe, celle de l'autodépréciation -comment puis-je m'aimer si personne ne m'aime? Les chansons de Stromae sont hantées par le dégoût de soi et par la tendance à se culpabiliser. Ta fête, tout comme Alors on danse, font coexister les idées d'amusement et de plaisir avec une forte culpabilité en lien avec un sentiment d'échec. En quoi consiste ce sentiment d'échec? Pour Stromae, il résulte d'un conflit entre l'envie d'être soi-même et le regard de la société. Le regard d'autrui (Formidable, Carmen, Sommeil) est une pression sociale de laquelle il semble vain d'espérer s'extraire. Il existe un modèle de réussite sociale qu'il s'agit de suivre sous peine d'être raillé ou détesté. Ce modèle, ces attentes qui pèsent sur l'individu, sont constants, intenses et caricaturaux (dans Bâtard, il ne peut y avoir de nuances, on nous invite à être blanc ou noir afin de correspondre à ce qu'on attend de nous). L'individu souffre d'être aliéné par une société qui simplifie tout. Les textes de Stromae évoquent le passage de l'adolescence à l'âge adulte. Il s'agit d'un passage important puisque l'individu se rend compte que ses parents sont imparfaits, qu'ils ont aussi commis des erreurs et qu'ils tombent dès lors du piédestal où l'enfant qu'il était les avait mis. Le jeune adulte doit composer avec -voire réparer- certains choix que ses parents ont faits précédemment et qui ont parfois eu des conséquences dramatiques à ses yeux. Viennent alors la dénonciation et l'envie de révolte (Avf). Se pose enfin une question centrale: comment s'y prendre pour éviter les erreurs de nos parents? BENJAMIN THIRY