La jeunesse qui défile dans les rues des grandes villes du monde pour réclamer un changement radical de politique environnementale n'a peut être jamais entendu parler du Larzac et de l'âpre lutte qui s'est déroulée au début des années 70 sur ce plateau du Massif central français. Pourta...

La jeunesse qui défile dans les rues des grandes villes du monde pour réclamer un changement radical de politique environnementale n'a peut être jamais entendu parler du Larzac et de l'âpre lutte qui s'est déroulée au début des années 70 sur ce plateau du Massif central français. Pourtant, à quelques décennies de décalage, le télescopage entre ces deux événements d'ampleur sensiblement différente mais de philosophie assez similaire -la désobéissance civile- est frappant. Tout a commencé en 1970, lorsque le ministre français de la Défense, Michel Debré, décide l'extension du camp militaire situé sur le plateau. Le projet doit grignoter des parcelles de terre cultivée sur douze communes. C'est le point de départ d'une incroyable lutte de dix ans, fédérant des dizaines de sensibilités politiques, puis retournant l'opinion publique en sa faveur, faisant plier l'État, et préfigurant plusieurs mouvements de désobéissance civile: de José Bové aux Indignés, des ZAD de Notre-Dame-des-Landes aux récents mouvements de grève des étudiants. Un "plus jamais ça" de ceux qui désirent privilégier une vision globale, humaniste et environnementaliste contre le profit à court terme. La victoire des défenseurs du Larzac tels Marizette, Christiane, Pierre est contée ici dans toute sa complexité, sa joie communicative. Une histoire de colère, d'espoir et de victoire écologique et humaine. Revigorant.