Né à Ostende en 1991, Tom Callemin figure parmi les photographes les plus intéressants du Royaume. L'homme se moque ouvertement du réel et des images qu'il peut fournir. En lieu et place, il sonde des souvenirs personnels qu'il tente de reconstituer. Le résul...

Né à Ostende en 1991, Tom Callemin figure parmi les photographes les plus intéressants du Royaume. L'homme se moque ouvertement du réel et des images qu'il peut fournir. En lieu et place, il sonde des souvenirs personnels qu'il tente de reconstituer. Le résultat consiste en une atmosphère particulière et surtout en un retour aux sources de la photographie entendue comme une pratique mystérieuse à même de construire notre rapport à la réalité. On prend la mesure de ce corpus argentique à la faveur d'un site qui ne pouvait être déroulé autrement que sobrement. Dès la page d'accueil, l'absence de couleur est donnée: deux mains ont la parole, qui semblent souhaiter la bienvenue au visiteur. On poursuit l'exploration de l'univers de Callemin sous l'onglet "Works" dont les contours restituent son approche à la perfection. Celle-ci culmine dans une série de portraits impénétrables qui donnent rarement à voir les yeux des intéressés. L'incommunicabilité qui en résulte n'est pas sans rappeler Jacques Lacan et son "l'amour, c'est donner ce qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas". Il faut s'y faire chez Tom Callemin, il existe une dimension déceptive, le spectateur est invité à rester sur le seuil des images. Tant pis pour lui s'il en cherchait davantage. www.tomcallemin.comM.V.