"Thought Gang"

Entre 1991 et 1993, le maître David Lynch et son compositeur attitré Angelo Badalamenti se lancent dans un projet de jazz ésotérique tapissé de paysages bruitistes. Des évocations musicales imaginées comme de courtes histoires et utilisées par fragments dans Mulholland Drive, Inland Empire, la série HBO Hotel Room, le film Twin...

Entre 1991 et 1993, le maître David Lynch et son compositeur attitré Angelo Badalamenti se lancent dans un projet de jazz ésotérique tapissé de paysages bruitistes. Des évocations musicales imaginées comme de courtes histoires et utilisées par fragments dans Mulholland Drive, Inland Empire, la série HBO Hotel Room, le film Twin Peaks, la saison 3 de la série et des pubs, notamment pour Adidas. Badalamenti déclame et joue des claviers. Lynch s'occupe des paroles, des percussions, d'un peu de guitare et de synthé... À ses musiciens venus du jazz (le batteur Grady Tate, le bassiste d'Herbie Hancock Buster Williams...), le tandem glisse des consignes d'improvisation parfois étranges. "Imaginez que vous êtes un poulet qui a la tête tranchée et que vous courez avec un millier de dollars dans le gosier.""Pensez à une nuit d'été: des insectes, une petite brise, l'herbe dans le vent. Et au loin arrive une tempête. Elle s'approche. Et se rapproche. Et elle se déchaîne. C'est simplement une violente tempête d'été avec le tonnerre et les éclairs. Et puis ça va. Ça se calme et ça s'éloigne" ( Summer Night Noise). À la croisée du free jazz, d'un spoken word glaçant sans doute sorti d'un combiné de téléphone, d'expérimentations sonores, d'un rock noisy et déglingué, Thought Gang conserve toute sa pertinence et son intérêt 25 ans après son enregistrement. Tout n'est pas évident à absorber mais le voyage est fascinant. Étrange, glauque, sinistre, Thought Gang est un film sonore. Un long métrage de Lynch (ou douze courts) dont c'est à l'auditeur de s'inventer les images. Bonne séance à tous...