"Off Off On"

Sur l'album de Cabane, Grande est la maison, elle était déjà l'une des voix centrales de ce qui constitue l'un des grands disques de 2020. L'Anglaise, basée à Paris, Kate Stables revient aujourd'hui avec son propre projet, This Is the Kit. En quatre albums, elle a creusé un sillon folk de plus en plus ample. À cet é...

Sur l'album de Cabane, Grande est la maison, elle était déjà l'une des voix centrales de ce qui constitue l'un des grands disques de 2020. L'Anglaise, basée à Paris, Kate Stables revient aujourd'hui avec son propre projet, This Is the Kit. En quatre albums, elle a creusé un sillon folk de plus en plus ample. À cet égard, Off Off On est un pas supplémentaire dans cette direction, chaque morceau se révélant aussi limpide que consistant. Après l'album Moonshine Breeze (produit par John Parish), Stables est partie notamment en tournée avec The National (Aaron Dessner était derrière les manettes de son album Bashed Out en 2015). C'est là, sur la route, qu'elle a écrit une bonne partie des morceaux de Off Off On, qu'elle est allée enregistrer ensuite aux studios Real World, dans la campagne anglaise. D'où peut-être ces aller-retours constants entre moments d'apaisement et accélérations (la boucle de banjo obsédante de This Is What You Did). Où les fragilités ne sont jamais des signes de faiblesse, mais bien des étendards, que l'on arbore fièrement, comme sur le magnifique Carry Us Please. Sinueuses, les chansons de This Is the Kit dévoilent à chaque écoute un peu plus leur richesse. Pour cela, Stables n'hésite pas à enrichir l'idiome folk -qu'elle passe par le jazz, lorgne le blues de l'Afrique de l'Ouest, ou glisse un saxo lancinant qui rappelle éventuellement l'ethio-jazz (le magnifique Slider). En toute fin, les six minutes de Keep Going, en apesanteur, osent encore prôner la persévérance et la foi en l'avenir. L'espoir, malgré tout.