"The Lost Recordings - Live at Rotterdam 1967"

Disponible sur le Net, le concert donné à Rotterdam en 1967 par Monk fait désormais officiellement partie de sa discographie. Mais pas n'importe comment: à la façon d'un classique du cinéma que la restauration aurait extrait de la gangue nébuleuse et striée de ratures dans laque...

Disponible sur le Net, le concert donné à Rotterdam en 1967 par Monk fait désormais officiellement partie de sa discographie. Mais pas n'importe comment: à la façon d'un classique du cinéma que la restauration aurait extrait de la gangue nébuleuse et striée de ratures dans laquelle nous avions pourtant appris à l'aimer. Le label Fondamenta s'est en effet associé à la société Devialet, spécialiste des amplis numériques, afin de nous offrir dans une qualité sonore optimale cette prestation mythique de la dernière tournée européenne de Monk. Mythique? Oui, car le quartette du pianiste (Charlie Rouse, ténor, Larry Gales, basse, Ben Riley, batterie) se voit, après les deux premiers titres, augmenté d'invités qui passeront progressivement de deux à cinq dans les six morceaux qui suivront, apportant une ampleur inédite à cette musique -même si Monk est amené à recadrer, après trois minutes approximatives, deux des souffleurs de Wee See, moment stupéfiant que l'on peut voir dans Straight, No Chaser (1988), précieux documentaire que Charlotte Zwerin a réalisé lors de cette tournée. De tous les invités -Clark Terry, Ray Copeland, trompettes, Jimmy Cleveland, trombone, Phil Woods, Johnny Griffin, saxophones alto et ténor-, c'est ce dernier qui se distingue le plus, réussissant même à reléguer au second plan Charlie Rouse et son ténor.