Les tubes éculés, remis dans un contexte artistique, reprennent souvent de l'éclat. Dernier en date: l'Adagio d'Albinoni dans le superbe film Manchester by the Sea. Au théâtre, le tubese ramasse à la pelle: This Is Not a Love Song, We Are the World, Exit Music (For a Film), Bohemian Rhapsody, Lascia ch'io pianga (Haendel) et même Je te promets de Johnny Hallyday! Efficace. L'émotion "tube" séduit rapidement son spectateur, joue la madeleine de Proust, installe une atmosphère, mais se pointe presque toujours en écho aux propos de la pièce, d'une scène, d'un personnage. On le croise en version acoustique, chanté par les comédiens (à faire vibrer la salle) ou à fond les décibels (imaginez Guns of Brixton des Clash dans... Unennemi du peuple d'Ibsen). Le tube et le théâtre. On a repensé à tout ça avec Should I Stay or Should I Stay, jeune création à venir détournant le titre des Clash, orchestrée par Simons Thomas (texte et la mise en scène). Le thème: l'inertie existentielle en forme de rappel "à se mettre en action, à rester vivant". Le pitch: quatre anti-héros "coincés dans une pièce alors qu'il suffirait juste d'ouvrir la porte". L'ambiance s'annonce "décalée", inspirée de la BD, du cartoon, des jeux vidéo et de l'humour comme politesse du désespoir...

Should I Stay or Should I Stay, du 28/02 au 04/03 au Théâtre de la Balsamine, Bruxelles. www.balsamine.be

N.A.