"VI"

On pensait qu'ils avaient arrêté de cracher leur punk ramonesque à la face du monde. Ironie du sort, c'est en ces temps de pandémie où tout po...

On pensait qu'ils avaient arrêté de cracher leur punk ramonesque à la face du monde. Ironie du sort, c'est en ces temps de pandémie où tout postillon est devenu suspect et où tout mollard mal dirigé (surtout s'il atterrit sur la police) peut mener derrière les barreaux que les Spits sortent leur nouvel album studio. Le premier en neuf ans. Rien que ça. Urgent, expéditif, le groupe du Michigan chante la douleur, la colère, le stress et la frustration sur dix morceaux enquillés en 17 minutes montre en main. Ça te laisse le temps de l'écouter trois fois pendant le dernier Elvis Costello ou une mi-temps de foot et ses arrêts de jeu. One, two, three, four...