"Conspiracy Dance"

Au sein de l'écurie Freaksville Records, The Loved Drones ( lire en page 4 le portrait de Jampur Fraize, l'un de ses membres) représente un peu la fraction psychédélique, le...

Au sein de l'écurie Freaksville Records, The Loved Drones ( lire en page 4 le portrait de Jampur Fraize, l'un de ses membres) représente un peu la fraction psychédélique, le bastion kraut du label, qui permet à ses protagonistes toutes les échappées les plus libres. Quatre ans après l'instrumental Good Luck Universe!, et six mois à peine après le dernier album solo de son patron Benjamin Schoos ( Doubt in my Heart), la bande est de retour. Toujours aussi délurée, mais cette fois avec des chansons plus "directes", à l'ironie souvent mordante ( Quarantine). Dernier enregistrement du regretté Marc Morgan, Conspiracy Dance jongle brillamment avec les citations et les genres -surf sur The Day That Bryan Gregory Died, psyché sur Lights, indie sur Empty, pub sur Conspiracy Dance, etc. Le tout avec un manque de prétention jubilatoire.