"The Imperial"

Si le rock 2.1 renâcle à raconter des histoires plus ou moins futées, The Delines n'a pas ce genre de préoccupation narrative. À la frontière poreuse entre a...

Si le rock 2.1 renâcle à raconter des histoires plus ou moins futées, The Delines n'a pas ce genre de préoccupation narrative. À la frontière poreuse entre alt-country et americana, ce groupe d'Oregon pratique la ballade sentimentale, celle qui colle aux semelles de la mélancolie intégrale. Sur son troisième album, le guitariste Willy Vlautin compose dix titres racontant l'Amérique mal barrée, que ce soit l'arnaque de Holly the Hustle ou la relation amoureuse foirée de Let's Be Us Again. Avec le genre de dépouillement instrumental qui fera plaisir aux fans de Mazzy Star et Cowboy Junkies, la voix d'Amy Boone emmenant le package est splendide. Juste rauque, dans un disque qui (re)donne foi en l'Amérique. Au cas où vous bloqueriez face au clown Trump.