"Stage Fright (Deluxe Remix 2020)"

Les deux premiers albums d'un groupe formé de quatre Canadiens et d'un Américain secouent la planète rock: Music from Big Pink (1968) et The Band (1969) tracent un champ americana, blend de rock'n'roll, tentations funky, folk-country ancestral et rhythm'n'blues rampan...

Les deux premiers albums d'un groupe formé de quatre Canadiens et d'un Américain secouent la planète rock: Music from Big Pink (1968) et The Band (1969) tracent un champ americana, blend de rock'n'roll, tentations funky, folk-country ancestral et rhythm'n'blues rampant qui, à l'époque, marque autant Eric Clapton, George Harrison que toute une génération découvrant ainsi la réponse à la bavarde mode psyché-blues en cours. Guitariste et compositeur principal de The Band, Robbie Robertson a d'abord emmené ses comparses dans le sillage de Dylan et de sa révolution électrique de 1966. Ils mènent ensuite depuis une base provinciale de Woodstock une quête roots et métaphysique qui n'évitera pas les tensions entre Robertson, qui sera le seul à signer les titres (de quoi le rendre beaucoup plus riche), et ses partenaires: Levon Helm (batterie, chant), Rick Danko (basse, chant), Richard Manuel (claviers, chant) et Garth Hudson (orgue, saxophone). Un demi-siècle plus tard, les compos, bénéficiant ici du remix de l'inévitable Bob Clearmountain, s'avèrent incroyablement performantes. Toute logique historique étant rendue aux vocaux comme aux instrumentaux, millimétrés sans tenir compte des décennies filantes. Moralité? On peut avoir seize ans, s'en foutre de tout cela et écouter de la very bonne musique...