La diffusion sur une chaîne non cryptée de cette série qui a tiré sa révérence au printemps dernier, après six saisons, permettra -souhaitons-le- au public de lui accorder la place qu'elle mérite: sur le podium des plus impo...

La diffusion sur une chaîne non cryptée de cette série qui a tiré sa révérence au printemps dernier, après six saisons, permettra -souhaitons-le- au public de lui accorder la place qu'elle mérite: sur le podium des plus importantes réalisations de la décennie. Cette histoire, à la fois classique sur la forme mais brutale et subtile dans le fond, suit un couple d'espions soviétiques, Elizabeth (Keri Russell) et Philip (Matthew Rhys), infiltrés dans l'Amérique des années 80 et sa bonne société middle class, au plus fort de la guerre froide. Avec leurs enfants, ils incarnent la parfaite famille de l'American way of life, mais en réalité ils sont une construction du KGB. Outre les missions périlleuses, les trahisons et les rebondissements sanglants, c'est l'introspection du couple qui sous-tend les intrigues de cette deuxième saison brillante. Les crises révélant en sous-texte les interrogations profondes de la notion de famille, sacro-sainte aux USA, et portant à la lumière la cage dorée de son modèle puritain et consumériste.