Le mobile home Fiat, modèle Classic 660, est garé rue du Rectangle, tout près du canal, dans un coin de Bruxelles aux allures de mini-Bronx. Quelques mois après avoir quitté le véhicule emblématique d'un tournage aux couleurs de plaisir, Arthur Dupont et Guillaume Gouix s'y installent à nouveau en échangeant un sourire complice. Les deux jeunes comédiens français étaient amis, déjà, quand François Pirot les appela pour tenir les rôles de Simon et Julien. Le réalisateur belge ignorait leur lien, qui nourrit le film " mais qui aurait pu être un danger car on peut partir dans les mêmes délires dans la vie, alors que mon personnage doit être dans la retenue, l'intériorisation", explique un Guillaume Gouix que le rôle de Julien a forcé à quitter ses emplois plutôt physiques (dans ...

Le mobile home Fiat, modèle Classic 660, est garé rue du Rectangle, tout près du canal, dans un coin de Bruxelles aux allures de mini-Bronx. Quelques mois après avoir quitté le véhicule emblématique d'un tournage aux couleurs de plaisir, Arthur Dupont et Guillaume Gouix s'y installent à nouveau en échangeant un sourire complice. Les deux jeunes comédiens français étaient amis, déjà, quand François Pirot les appela pour tenir les rôles de Simon et Julien. Le réalisateur belge ignorait leur lien, qui nourrit le film " mais qui aurait pu être un danger car on peut partir dans les mêmes délires dans la vie, alors que mon personnage doit être dans la retenue, l'intériorisation", explique un Guillaume Gouix que le rôle de Julien a forcé à quitter ses emplois plutôt physiques (dans Le Bel âge, Belle épine, Et soudain tout le monde me manque) pour une interprétation moins "expansive" montrant plus de fragilités. Dupont, de son côté, est plus "raccord" avec son image de séduction juvénile de Bus Palladium, le film qui lui valut l'an dernier une nomination au César du meilleur espoir masculin. " Ce qu'il y a de bien, entre autres, avec François, c'est que son écriture ne passe pas par de la vanne mais par des situations, reprend l'interprète de Simon, c'est drôle mais c'est aussi subtil et vrai. Nos personnages ne vivent pas ce qui leur arrive comme quelque chose de cocasse, et c'est ça qui rend les choses d'autant plus comiques, au fond!" Le rire qui épouse l'émotion, le cocktail a beaucoup plu à un duo qui a voulu, selon les mots de Gouix, " réussir un road-movie qui donne une sensation de voyage et de légèreté, où il se passe plein de choses... alors qu'il s'agit d'un film immobile, en fait!" L'un comme l'autre ont bien identifié les questionnements de jeunes hommes de leur âge, se trouvant " pris entre le discours qui les incite à vivre leurs désirs, tous les possibles, et celui qui leur dit qu'il faut travailler, être responsable", commente l'interprète de Julien. " Ils auraient pu voyager, voir le monde, mais ils ne l'ont pas fait et ils s'aperçoivent qu'ils arrivent à la limite, qu'ils auront très bientôt loupé le coche, et que c'est maintenant ou jamais!", poursuit Arthur Dupont. " Au-delà de l'humour, je pense que beaucoup d'entre nous se reconnaîtront dans ces personnages paradoxaux, coincés à la frontière entre nos désirs et ce qui nous retient tout le temps, dans notre quotidien, le monde réel", conclut Guillaume Gouix qui partage avec son partenaire le sentiment que ce métier d'acteur qu'ils exercent l'un et l'autre permet d'avancer dans la vie tout en conservant un lien très privilégié avec l'enfance, " cet âge de tous les désirs, et où le rapport sensitif aux choses est encore libre et intense". Gageons que les sentiments évoqués par les deux complices sont assez largement partagés par d'autres jeunes comédiens annonçant avec eux la (belle) relève du cinéma francophone. Emile Berling est l'un des plus jeunes, avec ses 22 ans. Mais le talent s'exprime déjà clairement dans Comme un homme où il fait face à son Charles de père. Autre nouveau venu, vu en converti terroriste dans La Désintégration, Ymanol Perset jouera dans le prochain film de Fabrice Du Welz, Colt 45, mais sera tout d'abord à l'affiche d'un autre film belge, le remarquable Le Monde nous appartient de Stephan Streker... où brille aussi le plus intense sans doute de tous les jeunes comédiens français: Vincent Rottiers, 25 ans et une présence extraordinaire devant la caméra. Chez les filles, deux noms se détachent: ceux de Léa Seydoux et d'Anaïs Demoustier. La première, 26 ans, fait déjà sa percée internationale ( Mission: Impossible - Ghost Protocol, L'Enfant d'en haut) et sera lesbienne dans le nouveau film d'Abdellatif Kechiche, Le Bleu est une couleur chaude. La seconde, 24 ans, s'est illustrée chez Guédiguian ( Les Neiges du Kilimandjaro) et sera du prochain film de Pascale Ferran, Bird People... tout en incarnant Marguerite Duras au théâtre, sous la direction de Christophe Honoré. LOUIS DANVERS