Consacrées sous l'intitulé " Banc d'essai" aux premiers pas de réalisateurs désormais établis, les Focus Nights (le rendez-vous mensuel des lecteurs de Focus à la Cinematek) se déclinent au féminin en ce début d'année. Après l'Écossaise Lynne Ramsay avec Ratcatcher en janvier, la Japonaise Naomi Kawase figure ainsi au programme de la séance de février avec Suzaku, son premier long mé...

Consacrées sous l'intitulé " Banc d'essai" aux premiers pas de réalisateurs désormais établis, les Focus Nights (le rendez-vous mensuel des lecteurs de Focus à la Cinematek) se déclinent au féminin en ce début d'année. Après l'Écossaise Lynne Ramsay avec Ratcatcher en janvier, la Japonaise Naomi Kawase figure ainsi au programme de la séance de février avec Suzaku, son premier long métrage, réalisé en 1997. Lequel devait obtenir la Caméra d'or récompensant un premier film au Festival de Cannes, une distinction parmi beaucoup d'autres, dont notamment l'un des prix Cinédécouvertes octroyés par la Cinémathèque. Auteure précédemment de courts métrages documentaires, parmi lesquels This World, une correspondance avec son compatriote Hirokazu Kore-eda, la réalisatrice nippone signait là une oeuvre d'une délicate et absolue beauté. Elle en inscrivait la trame -minimaliste- à Nishiyoshino-Mura, village isolé de la montagne japonaise, attendant depuis des temps immémoriaux de voir son accès facilité par la construction d'une ligne de chemin de fer. Et de s'attacher au destin d'une famille vivant de la sylviculture dont l'existence s'apprêtait à être bouleversée, coeur battant d'un drame pudique et sensible. Naomi Kawase posait avec Suzaku les bases d'un cinéma contemplatif et frémissant, saluant une nature souveraine comme la mémoire des lieux et de ceux qui y vivent, proposition lumineuse parsemée d'images documentaires. Vingt ans plus tard, ce film touché par la grâce constitue l'introduction idéale à l'univers d'une cinéaste ayant su comme peu d'autres filmer l'invisible -démonstration de La Forêt de Mogari à Still the Water, et dans quelques semaines encore avec la sortie de Vers la lumière, son nouvel opus. La séance sera introduite par un critique de Focus et se prolongera autour d'un drink.