Summertime Madness signe un pacte avec le diable pour fuir la dure réalité de la Seconde Guerre mondiale et se réfugier dans une série d...

Summertime Madness signe un pacte avec le diable pour fuir la dure réalité de la Seconde Guerre mondiale et se réfugier dans une série de peintures. Entre des aquarelles, des monochromes étincelants ou encore un clin d'oeil à Dalí, ce FPS italien impose une limite de temps à cette balade criblée d'énigmes à base de leviers et de boutons à activer. Exigeant par exemple d'ouvrir une série de portes dans un ordre précis, ce gameplay temporel se révèle hélas frustrant, notamment à la fin du jeu. N'est pas The Witness ou The Unfinished Swan qui veut...