Certes, il faudra éloigner du sapin les plus jeunes spectateurs potentiels. La saga d' Alien, c'est du cinéma qui fait peur. Et même très peur, souvent. " Dans l'espace, on ne vous entendra pas crier", disait le slogan du film de Ridley Scott, voici un peu plus de 30 ans. L' Alien fondateur n'a rien perdu de son suspense ni de son impact horrifique, comme le prouve la vision du film tel qu'une Anthologie somptueusement présentée (avec déclinaison en plusieurs habillages "collector") nous le restitue aujourd'hui. On devrait dire les visions, puisque le film de Scott, tout comme ses 3 "suites", est proposé dans la version sortie en salles et dans la version alternative rallongée de scènes coupées dans le montage exploité commercialement. De quoi faire des disques d'une durée de 233 minutes ( Alien), 292 minutes ( ...

Certes, il faudra éloigner du sapin les plus jeunes spectateurs potentiels. La saga d' Alien, c'est du cinéma qui fait peur. Et même très peur, souvent. " Dans l'espace, on ne vous entendra pas crier", disait le slogan du film de Ridley Scott, voici un peu plus de 30 ans. L' Alien fondateur n'a rien perdu de son suspense ni de son impact horrifique, comme le prouve la vision du film tel qu'une Anthologie somptueusement présentée (avec déclinaison en plusieurs habillages "collector") nous le restitue aujourd'hui. On devrait dire les visions, puisque le film de Scott, tout comme ses 3 "suites", est proposé dans la version sortie en salles et dans la version alternative rallongée de scènes coupées dans le montage exploité commercialement. De quoi faire des disques d'une durée de 233 minutes ( Alien), 292 minutes ( Aliens), 269 minutes ( Alien 3) et 229 minutes ( Alien Resurrection)! L'exemple de Peter Jackson et des disques kilométriques, inépuisables ou presque, de Lord Of The Rings, est ici dépassé... Mais abondance rime ici avec excellence. Dans les films, tout d'abord, tant James Cameron, David Fincher et Jean-Pierre Jeunet marquent de leur talent les épisodes succédant au tour de force initial de Ridley Scott. Les producteurs et la société distributrice (la vénérable 20th Century Fox) ayant eu l'intelligence de confier chaque nouveau film à un réalisateur de tout premier plan, avec pour résultat de faire de la série une des toutes meilleures jamais parues, sinon carrément la meilleure. L'enchaînement des visions dans l'ordre chronologique permettant d'apprécier la manière dont chacun des cinéastes concernés a pu marquer son film de son empreinte personnelle. Ainsi l' Aliens de Cameron exprime-t-il la maîtrise de l'action en mouvement du réalisateur de Terminator, tandis que Fincher ( Se7en) infiltre Alien 3 de sa touche atmosphérique morbide, Jeunet instillant des éléments d'absurde, de grotesque et de retro-futurisme dignes du coréalisateur (avec Marc Caro) de Delicatessen. Le niveau technique du report en Blu-ray est phénoménal. La qualité de l'image permet de saisir chaque détail, même le plus minuscule, dans la texture pourtant généralement sombre des films. James Cameron a lui-même supervisé le travail de remasterisation d' Aliens, avec un résultat des plus époustouflants. Le traitement du son est lui aussi exemplaire, et aide à nous plonger dans une expérience totale impliquant le (télé)spectateur comme jamais auparavant. On relèvera tout juste que les versions doublées en français ne bénéficient pas (loin de là) d'une qualité équivalente à celle des versions originales. Pour ce qui est des bonus, c'est le régal, avec assez de cerises sur le gâteau pour qu'on ne voie plus la pâte! L'environnement visuel des écrans de commande est aussi clair qu'élégant, permettant une navigation aisée au moins doué des manipulateurs de télécommande. Les suppléments déjà présents sur d'anciennes éditions DVD sont évidemment repris, mais retravaillés (format, présentation) pour l'occasion, ce qui est appréciable. Quant aux nouveaux, ils poussent la quantité d'informations et l'interactivité vers de nouveaux sommets. L'activation du mode MU-TH-UR (de "mother") est source de découvertes aussi excitantes que possible. En plus des 12 heures de documentaires disponibles par ailleurs, il nous ouvre le trésor de 5 heures de modules vidéo additionnels tournés spécialement pour cette nouvelle édition, et comprenant images de tournage, interviews et informations diverses. Le tout avec un atout imparable: le lecteur sur lequel on fait tourner le disque mémorise vos actions! Ainsi, en plaçant par exemple des signets durant la lecture d'un des films, le "souvenir" de ceux-ci fait qu'en commençant la lecture d'un disque avec les bonus, ceux concernant les sujets que vous aviez signalés se proposent directement à vous! Ajoutés aux options ouvertes durant le visionnage même, ces extras contribuent à faire du coffret Alien Anthology un événement pour l'amateur de science-fiction et de cinéma de genre en général. Plus d'un cinéphile offrira ou se verra offrir cet obscur objet de désir à Noël ou au Nouvel An. Et plus d'un heureux bénéficiaire se verra saisi d'envie de "marathon", au risque de se perdre dans un salon transformé en Nostromo (le vaisseau spatial où surgit la menace), théâtre inextricable de tous les possibles. A gérer calmement, donc, si possible. Et à savourer en attendant un petit peu plus patiemment les 2 "prequels" (situés chronologiquement avant le premier film) promis par Ridley Scott pour 2011 et 2013. COFFRET ALIEN ANTHOLOGY 4 FILMS ( ALIEN, ALIENS, ALIEN 3 ET ALIEN RESURRECTION). COFFRET 6 DISQUES DONT 2 DE SUPPLÉMENTS. PRIX: ENVIRON 45 EUROS. LOUIS DANVERS