Seul long métrage réalisé par James M. Muro, qui deviendra dans la foulée l'un des collaborateurs attitrés de James Cameron (le responsable Steadicam de Titanic, c'est l...

Seul long métrage réalisé par James M. Muro, qui deviendra dans la foulée l'un des collaborateurs attitrés de James Cameron (le responsable Steadicam de Titanic, c'est lui) et reniera le film, Street Trash (1986) relève de la catégorie horrifique des "melt movies", soit ces objets de cinéma fascinés par les amas de chair fondue. En digne héritier du Frank Henenlotter de Basket Case ou des productions Troma de type The Toxic Avenger, Muro célèbre le mauvais goût le plus total en s'immisçant au sein d'une cour des miracles dégénérée où un alcool frelaté réduit façon bouillie tous ceux qui l'ingurgitent. Un film culte et (hautement) déviant, qui a aussi quelque chose à dire sur les déclassés du rêve américain dans le New York pré-Giuliani encore interlope des années 80.