"Groove Denied"

Répétitivité kraut, synthés vintage froids et voix méconnaissable ( Belziger Faceplant), titre tout aussi surprenant planté quelque part entre Kraftwerk et Joy Division ( Viktor Borgia)... Il faut être fort pour reconnaître Stephen Malkmus à l'entame de son nouvel album. Pour une fois sans ses Jicks, le chanteur de Pavement a tout géré tout seul, de la composition à la production. Le Californien y aurait consacré douze à treize ans et s'est occupé de tous les instruments. Présenté par le principal intéressé comme son disque électronique, Groove Denied joue avec les drum machines et les eighties mais finit par retomber en terrain connu. Les joies de l'exploration et de la réinvention.

Distribué par Domino.

7