" Même s'il n'y a pas eu de manifs dans votre rue, même si votre voiture n'a pas été incendiée, même si vous vous en foutez... Chacun de vous est concerné." À l'heure où la Déclaration des Droits de l'Homme est devenue "contournable" et que Bella Ciao, le chant des partisans italiens, est devenue une merde pop, la jeunesse de France et de Belgique ferait bien d'enfin éteindre Netflix et ses smartphones pour à la fois écouter, et lire, les plus révoltés et les plus frais d'entre nous; à savoir un couple de septuagénaires qui ont gardé le poing levé et qui continueront, t...

" Même s'il n'y a pas eu de manifs dans votre rue, même si votre voiture n'a pas été incendiée, même si vous vous en foutez... Chacun de vous est concerné." À l'heure où la Déclaration des Droits de l'Homme est devenue "contournable" et que Bella Ciao, le chant des partisans italiens, est devenue une merde pop, la jeunesse de France et de Belgique ferait bien d'enfin éteindre Netflix et ses smartphones pour à la fois écouter, et lire, les plus révoltés et les plus frais d'entre nous; à savoir un couple de septuagénaires qui ont gardé le poing levé et qui continueront, toujours, le combat, même un demi-siècle après l'avoir entamé sur les barricades de la Sorbonne! Le dessinateur Tardi et la chanteuse Dominique Grange profitent en effet du cinquantième anniversaire de Mai 1968 pour sortir leur cinquième-livre disque. Et si trois d'entre eux furent consacrés à la Grande Guerre (comme Putain de guerre! ou Le Dernier Assaut en 2016) et un autre, déjà, à la commémoration de Mai 68, il y a dix ans ( N'effacez pas nos traces), celui-ci a l'intelligence de désormais fédérer toutes les luttes sociales, de La Commune aux sans-papiers. L'occasion aussi (surtout?), de se remettre à la chanson à texte en admirant du Tardi grand format. Si la couverture et la première illustration sur double page cartonnée célèbrent effectivement Mai 68, ses barricades et ses hérauts (c'est Dominique Grange elle-même que l'on voit sur les tas de pavés, elle chantait effectivement, à l'époque et sur place, À bas l'État policier!), le reste de ce très bel objet offre un imposant voyage à la fois graphique dans toutes les luttes de l'après-guerre, et musical dans le répertoire (très) engagé de Dominique Grange, entièrement réorchestré pour l'occasion avec l'ensemble Accordzéâm: Grève illimitée, La Pègre, Gueule noire, Pierrot est tombé... À chaque morceau son hommage à des victimes du système, son memento particulier (les grèves de 72 dans les usines Renault, les manifs anti-nucléaires de 77, la marche contre le racisme de 83, l'opposition aux réformes Juppé de 95, jusqu'aux récentes luttes zadistes ou pour la cause animale), et sa double page de Tardi. Lequel profite pleinement du retour en grâce du format vinyle pour étaler tout son talent et ses pinceaux sur plus de 60 cm de large à bords perdus. Sa colère aussi, au diapason de celle de sa compagne, qui l'affirme à chaque page: " Aujourd'hui, plus que jamais, on a toujours raison de se révolter! Car chacune de ces insurrections est venue nourrir la suivante (...) en dépit de toutes les politiques répressives de l'État, en France et ailleurs." À méditer les jeunes, avant de rallumer Netflix et d'offrir fissa un exemplaire de ce Chacun de vous à votre vieille tante gauchiste et adorée, fan de Joan Baez.